Pourquoi les dirigeants performants choisissent la supervision ?

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

La supervision, pour qui ?

J’aide les dirigeants à améliorer leur impact sur leur environnement, en coaching et supervision, depuis ce qu’il me faut bien maintenant appeler de nombreuses années.

Ils et elles ont beau avoir des profils très différents — dirigeants fondateurs, dirigeants salariés, CEO, DG, Dirigeants de Business Unit ou de métiers au sein de grands groupes, dirigeants de très grandes entreprises ou bien de petites et moyennes structures — chacun.e a à cœur de mener à bien sa mission de dirigeant : pérenniser et développer l’organisation dont il/elle a la charge.

Et pour cela, ils et elles ont besoin d’ajuster leur impact. Il existe une littérature plus qu’abondante pour les informer et les former sur le moindre aspect de cette mission cruciale : de la gestion courante au leadership, en passant par le marketing, la communication, le repérage des signaux faibles et des tendances, le management des humains et des systèmes, le développement commercial, la rationalité business, etc etc…

La supervision, pour quoi ?

Les compétences et capacités qu’ils et elles doivent développer et entretenir sont terriblement nombreuses et, complexes. Certain.e.s choisissent de se tenir informé.e.s par les livres ou les conseils, d’autres de se former au fur et à mesure sur des aspects techniques, d’autres encore se font coacher sur des objectifs définis de développement postural.

Enfin, une autre catégorie de dirigeant.e.s choisit de rentrer dans un processus de supervision, individuel ou collectif.

Selon Martine Volle, superviseure et directrice-fondatrice d’IPSUP, formatrice de superviseurs, la supervision répond à trois types de besoin : 

  • l’amélioration du geste professionnel
  • la prise de recul par rapport aux situations du quotidien
  • le développement personnel

La supervision, pour quoi ?

La supervision, contrairement au coaching, n’est donc pas toute entière orientée sur l’atteinte d’un objectif en particulier.

Elle vise à s’améliorer sur ces trois dimensions et les dirigeant.e.s qui travaillent avec moi y trouvent un espace de travail, de réflexion et de respiration qui leur permet de :

  • Interroger leur métier de dirigeant et leur manière de le pratiquer, sans que cela ne les mettent en porte-à-faux par rapport à leurs collaborateurs, leurs collègues ou leur hiérarchie. « Comment puis-je continuer à être le meilleur dirigeant possible pour mon organisation? » (amélioration du geste professionnel)
  • Prendre du recul, analyser et trouver des solutions à tous les types de situations confrontées au quotidien, qu’il s’agisse de mener une transformation d’entreprise, définir une nouvelle stratégie, faire face à de nouveaux enjeux business ou bien réguler les modes relationnels en interne. « Comment puis-je résoudre cette situation ? » (Prise de recul)
  • Enfin, de s’interroger soi-même sur sa personnalité de dirigeant, trouver un équilibre vie professionnelle-vie personnelle, sortir de la solitude inhérente à la fonction, redonner du sens à son parcours et à ses valeurs, … « Quel dirigeant.e ai-je envie d’être ? » (développement personnel)

En s’inscrivant dans la durée, la supervision permet d’expérimenter, de se confronter et d’apprendre à s’ajuster, soit en face à face avec le superviseur, soit avec d’autres dirigeant.e.s.

Et de s’inscrire ainsi dans un processus de développement continu au service de leur performance et de celle de leur entreprise.

C’est pourquoi les dirigeants soucieux de pérenniser et développer leur organisation, à travers leur impact, choisissent la supervision.

Mycelium

© Tous droits réservés. Mycelium Consulting 2020

A propos

  • A propos
  • Blog
  • Contact

Offres

  • Coaching
  • Supervision
  • Groupes